JCMS


Basic/Clinical Science
Androgen Receptor Polymorphisms (CAG Repeat Lengths) in Androgenetic Alopecia, Hirsutism, and Acne


Marty E. Sawaya* and Alan R. Shalita†

Abstract

Background: The androgen receptor (AR) is a structurally conserved member of the nuclear receptor superfamily. The amino-terminal domain is required for transcriptional activation and contains a region of polyglutamine encoded by CAG trinucleotide repeats. In humans, the number of CAG repeats is polymorphic. Expansion of CAG repeats in the AR has clinical implications for human disease.

Objective: Androgens influence androgenetic alopecia (AGA), hirsutism, and acne; the polymorphisms in CAG repeat length may affect the clinical course of patients with these cutaneous disorders. The purpose of this study is to test for an association between these disorders and CAG repeat length.

Methods: We analyzed normal lymphocyte genomic DNA from a total of 48 men and 60 women. The CAG repeat region of the AR was amplified by polymerase drain reaction (PCR) and the products were sized on polyacrylamide gels.

Results: In normal men and women controls, a range of 12 to 29 trinucleotide repeats was found, with men having 22 ± 4 (M ± SD), women 21 ± 3. Men with AGA had 19 ± 3, whereas women with AGA had 17 ± 3. Men with acne had 21 ± 3, whereas women had 20 ± 3; men with AGA and acne had 18 ± 4; and women with hirsutism had 16 ± 3. Women with a combination of at least two disorders also had 16 ± 3 trinucleotide repeats.

Conclusion: Shorter CAG-repeat lengths may be associated with the development of androgen-mediated skin disorders in men and women. These data suggest that CAG-repeat length in AR may affect androgen mediated gene expression in hair follicles and sebaceous glands in men and women with these androgenic skin disorders.

Sommaire

Antécédents: Le récepteur androgène AR est un membre structurellement conservé de la superfamille des récepteurs nucléaires. Le domaine N-terminal est nécessaire à l’activation transcriptionnelle et contient une zone de polyglutamine encodée par des séquences répétitives du triplet CAG. Chez l’être humain, le nombre de séquences du triplet CAG est polymorphe. L’expansion des séquences du triplet CAG du récepteur androgène produit des implications cliniques dans la maladie humaine.

Objectif: Les androgènes jouent un rôle dans l’alopécie androgéne, l’hirsutisme et l’acné. Les polymorphismes dans la longueur des triplets CAG peut modifier l’évolution clinique des patients affectés par ces dermatoses. L’étude a pour but de vérifier l’association entre ces affections et la nombre de répétitions du triplet CAG.

Méthodes: Analyse de l’ADN génomique de lymphocytes normaux chez un total de 48 hommes et de 60 femmes. Amplification de la zone de la séquence des triplets CAG du récepteur androgéne par la réaction en chaîne de la polymérase (PCR) et calibrage des produits sur gels polyacrylamides.

Résultats: Chez les hommes et les femmes normaux composant le groupe témoin, on a recensé de 12 à 29 séquences de triplets, soit (M+SD) 2264 chez les hommes et 2163 chez les femmes. Les hommes affectés d’alopécie androgène présentaient un compte de 1963, contre 1763 chez les femmes. Chez les acnéiques, le compte était de 2163 pour les hommes et de 2063 pour les femmes. Chez les hommes présentant de l’alopécie androgène et de l’acné, le compte était de 1864, contré 1663 pour les femmes. Chez les femmes souffrant d’une combinaison d’au moins deux dermatoses, on a observé des séquences de 1663.

Conclusion: On peut associer un nombre inférieur de séquences de CAG à l’apparition de dermatoses d’origine androgène chez les hommes et les femmes. Les données laissent croire que le nombre de séquences de CAG du récepteur androgène peut affecter l’expression de gène à médiation androgénique dans les follicules pileux et les glandes sébacées chez les hommes et chez les femmes présentant ce type de dermatoses androgènes.


Received 2/25/98. Accepted for publication 4/8/98.

*ARATEC: Alopecia Research & Associated Technologies, and University of Florida, Departments of Medicine and Dermatology, Gainesville, Florida; †Department of Dermatology, SUNY Health Science Center at Brooklyn, New York, USA

This work was supported in part by National Institutes of Health Grant (NIAMS) R29 AR41924.

Reprint requests: Marty E. Sawaya, MD, PhD, ARATEC/University of Florida, PO Box 7, Ocala, FL, USA 34478–0007

Full text available in the print edition / Pour le texte intégral veuillez consulter la version imprimée.


JCMS 3(1) Contents