JCMS


Basic/Clinical Science
Kaposi's Sarcoma in Women:
A Clinicopathologic Study


Kathleen J. Smith,* Ann Nelson,* Peter Angritt,† Al Morz,† and Henry G. Skelton‡

Abstract

Background: Although all epidemiologic subsets of Kaposi's sarcoma (KS) (i.e., sporadic, endemic, epidemic, and iatrogenic) have an association with human herpes virus 8 (HHV8), these subsets occur in patient populations with distinctive clinical features. To a variable degree men outnumber women in all subsets.

Objective: A retrospective study of women with histologically proven cutaneous KS was undertaken to determine the clinical and histopathologic features, as well as any associations.

Methods: Two hundred and fifty cases of cutaneous KS in women from 1975 to 1993 were reviewed.

Results: Of the patients, 80% were more than 60 years of age, and of the patients less than 60 years old, 28 were from areas of the world with endemic KS. All HIV+ patients but one were from areas of endemic KS. Two patients were renal transplant patients. Sixty-four percent of the patients had single lesions and 21% recurrent lesions. Twelve patients had, or were known to develop, internal involvement, and in six patients the cause of death was KS. All but four cases histologically showed areas of solid proliferations of tumour cells consistent with plaque or tumour stage. An angiosarcoma-like histologic pattern appeared to be associated with more aggressive epidemiologic subsets. High mitotic rates were rarely seen and did not correlate with aggressive epidemiologic subsets.

Conclusion: Kaposi's sarcoma in women is diagnosed almost exclusively in plaque or tumour stage. The majority of women within our study fit within the epidemiologic subset of sporadic KS.

Sommaire

Antécédents : Même si les sarcomes de Kaposi (KS) sont associés à l'herpès virus 8 de l'être humain (HHV-8) qu'ils soient sporadiques, endémiques, épidémiques ou iatrogéniques, ces sous-types surviennent dans des sous-populations caractérisées par des traits cliniques distinctifs. Les hommes sont plus nombreux que les femmes (dans des proportions variables) dans toutes les sous-populations.

Objectif : Étudier rétrospectivement le cas de femmes chez qui le diagnostic de KS cutané a été confirmé histologiquement pour déterminer les caractéristiques cliniques et histopathologiques de la maladie et découvrir toute association.

Méthodes : Revue de deux cent cinquante cas de KS cutané chez des femmes traitées entre 1975 et 1993.

Résultats : De toutes les patientes, 80 % avaient plus de 60 ans. Parmi les patientes de moins de 60 ans, 28 venaient de régions où le KS est endémique. Toutes les patientes porteuses du virus HIV à l'exception d'une seule venaient de régions où le KS est endémique. Deux patientes avaient subi une transplantation rénale. Au total, 64 % des patientes avaient présenté une lésion unique et 21 % des lésions récurrentes. Chez douze d'entre elles on avait observé une atteinte interne ou on savait qu'il y avait eu atteinte interne. Six étaient mortes du KS. _l'examen histologique, tous les cas sauf quatre se sont révélés associés à une prolifération continue de cellules tumorales concordant avec un stade de formation de plaques ou de tumeurs. Les sous-groupes épidémiologiquement plus agressifs étaient associés à un pattern histologique rappelant l'angiosarcome. Les sous-populations vulnérables plus agressives semblaient présenter en général des signes histologiques évoquant un angiosarcome. On a noté peu de taux élevés de mitoses, qui n'étaient d'ailleurs pas corrélés avec les sous-groupes épidémiologiquement agressifs.

Conclusion : Le sarcome de Kaposi n'est pratiquement diagnostiqué qu'aux stades d'apparition de plaques ou de tumeurs chez les femmes. La majorité des femmes visées par notre étude appartiennent à une sous-population touchée par un KS sporadique..


Received 7/20/98. Accepted for publication 10/8/98.

*National Naval Medical Center, Bethesda, Maryland; †Armed Forces Institute of Pathology, Washington DC; and ‡Laboratory Corporation of America, Herndon, Virginia, USA

The opinions or assertions herein are the private views of the authors and are not to be construed as official or as reflecting the views of the Department of the Army, the Department of the Navy, or the Department of Defense.

Reprint requests: Kathleen J. Smith COL, MC USA, Department of Dermatology, National Naval Medical Center Bethesda, Bethesda, MD, USA 20089-5600

Full text available in the print edition / Pour le texte intégral veuillez consulter la version imprimée.


JCMS 3(3) Contents