JCMS


Basic/Clinical Science
Long - Term Hair Removal Using a 3-Millisecond Alexandrite Laser


Sharyn A. Laughlin* and Denis K. Dudley†

Abstract

Background: Laser epilation is now used widely as a clinical alternative to electrolysis for the removal of unwanted hair. All of the laser systems presently being used produce a reliable temporary hair loss by inducing telogen. Most of the published studies use follow-up periods of 6 months or less after the last treatment and cannot address the issue of perm a n e n c y. Since many patients desire perm a n e n t hair loss, there is a need for specific information on the exact benefits and limitations of each particular system.
Objective: The purpose of this study was to assess the degree of hair loss attained by a single treatment with a 3-msec alexandrite laser. A designated period for follow-up was used to address the issue of long-term benefits.
Methods: A single treatment was carried out on 25 study sites with a 3-msec alexandrite laser at 755 nm using fluences of 30 to 50 j o u l e s / c m 2 . Hair counts were obtained manually by two independent observers marking terminal hairs under magnification. The counts were repeated using photographic images and the average of the four readings taken. The degree of hair loss was calculated at a time after treatment equal to one complete growth cycle for the particular anatomic site. A second measurement was obtained at a time equal to one growth cycle plus 6 months to determine whether any hair loss had remained stable.
Results: The average hair loss at the first follow-up time was 43%, with 60% of sites showing a hair loss of >30%. The hair loss remained stable and the reduction in hair density at both designated times was statistically significant (p < .05).
Conclusion: A normal-mode alexandrite laser achieves a long-term alopecia and may result in a permanent loss of terminal hair after one treatment at fluences of 30 to 50 joules/cm 2 .

Sommaire

Antécédents : L’épilation au laser est souvent préférée à l’électrolyse pour l’enlèvement des poils superflus. Tous les systèmes laser actuelle-ment utilisés entraînent une perte temporaire et fiable des poils par l’induction d’une phase télogène. La plupart des études publiées font état de périodes de suivi de six mois ou moins après le dernier traitement et n’abordent donc pas d’éventuelle permanence. Or, comme la plupart des patients souhaitent une chute permanente des poils, il faut en savoir plus sur les limites et les avantages exacts de chaque système.
Objectif : Évaluer le degré de la perte de poils obtenu avec un traitement unique au laser alexandrite appliqué pendant 3 millisecondes. Éval-uer les avantages du système à long terme après une période de suivi prédéterminée.
Méthode : Application unique sur 25 sites d’un rayonnement laser alexandrite pendant 3 millisecondes avec une longueur d’ondes de 755 nanomètres et fluences de 30 à 50 joules/cm 2 . Deux observateurs indépendants ont effectué un dénombrement manuel des poils en marquant les poils adultes à l’aide d’un dispositif de grossissement. Les dénombrements ont été refaits à l’aide d’images photographiques. Il y a eu en moyenne quatre lectures. Le degré de chute des poils a été calculé après le traitement au bout d’une durée équivalant à un cycle de croissance complet pour chaque site anatomique particulier. Une seconde mesure a été prise après un cycle de croissance plus 6 mois, pour déterminer si la perte restait stable.
Résultats : La chute moyenne de poils après la première période de suivi était de 43 %, 60 % des sites présentant une chute de plus de 30 %. La perte est restée stable et la réduction de la densité au bout des deux périodes prédéterminées est statistiquement significative (p < 0,05).
Conclusion : Le système laser à alexandrite en mode normal produit une alopécie à long terme et peut entraîner une perte permanente des poils adultes après un seul traitement, compte tenu de fluences de 30 à 50 joules/cm 2 .


Received 9/13/99. Accepted for publication 10/12/99.

*Division of Dermatology, University of Ottawa, Ottawa Hospital, Ottawa, Ontario, Canada; † Laserderm, Ottawa, Ontario, Canada

Reprints are unavailable from the authors.

Address for correspondence: Sharyn A. Laughlin, MD, 406-1095 Carling Avenue, Ottawa, Ontario, Canada, K1Y 4P6

Full text available in the print edition / Pour le texte intégral veuillez consulter la version imprimée.


JCMS 4(2) Contents